Jet Lanaverre

R63
Messages : 11
Inscription : lun. 17 mars 2014 23:02

Jet Lanaverre

Message non lu par R63 » lun. 17 mars 2014 23:27

Bonjour,

Je viens de faire l'acquisition d'un Jet Lanaverre de 1969 (Un 470 avec un peu plus de toile entre autres différences). Évidemment, il a bien vécu même si il est plutôt préservé.

J'ai découvert à l'inspection une réparation mal réparée sous l'étrave du bateau: la réparation laissait voir une fissure qui s'est avérée après purge être un "léger" délaminage. (2cm x 15)
Je pense réparer essentiellement par l'intérieur (par le caisson et à bout de bras donc) en débordant largement les dimensions du trou, éventuellement sur toute la longueur de l'étrave avant de faire une finition a l’extérieur.

L'ouverture étant sous l'eau, faut il que j'utilise de la résine époxy ou polyester?

Quelle épaisseur de tissus dois je mettre (beaucoup) et surtout en quelle densité? (l'étrave du jet est assez fine)
La stratification sera évidement faite à la main, sans vide, et uniquement au pinceau (sans rouleau ébuleur).

Puis je avec la même résine rajouter deux ou trois couches de tissus (en largeur croissante) par l'extérieur pour renforcer l'étrave avant de faire une finition epoxy/microballon? (ça se ponce bien l'epoxy?)

Puis je teinter la couche d'epoxy / microballon pour limiter le travail de finition?

Enfin, mon jet présente un gel coat faiencé à un endroit (150 cm²) . Pour protéger le stratifié, puis je réaliser un masticage à la résine époxy + microballon teintée en utilisant pour tout mes travaux de l'epoxy protégée contre les uvs, ou faut il passer par un autre produit?

J'habite Toulouse et le but est évidemment de le préparer rapidement pour l'été sur la méditerranée.
Merci beaucoup de toutes vos informations.

Cordialement.

Avatar de l’utilisateur
isatis
Messages : 7161
Inscription : mar. 13 oct. 2009 13:22

Re: Jet Lanaverre

Message non lu par isatis » mer. 19 mars 2014 10:07

Vous allez vous éclater quand il sera réparé cet engin :D

Dans vos explications, vous parlez d'abord de réparer exclusivement par l'intérieur et sans débullage……… ouille !
Et après vous évoquez du tissu à l'époxy par l'extérieur… j'ai du mal à suivre.
Evidemment je vous engage fortement à réparer par les deux côtés ou un seul mais en débullant soigneusement sinon vous ne ferez qu'un emplâtre…… sur une jambe de bois :P
Je vous engage à aller lire comment on répare sur cette page, ce sont des généralités qui vont vous aider à voir quoi faire.
Pour le gel-coat faïencé, je vous dirais bien de ne rien faire sauf s'il y a fissure profonde. Un bon coup de lessivage puis de pâte à polir devrait suffire… et de polish après si vous voulez que ça brille terrible.

Allez voir votre boîte mail ( et surveillez la boîte spam j'ai une adresse parfois rejetée) je vous envoie un autre conseil.

Image
Isatis, goupil résineur...
Image

R63
Messages : 11
Inscription : lun. 17 mars 2014 23:02

Re: Jet Lanaverre

Message non lu par R63 » mer. 19 mars 2014 12:21

Bonjour, et merci de vos réponses.

Je vais essayer d'être plus clair, d'abord sur ce que j'envisage de faire, et ensuite sur mes questions:

J'envisage de réparer essentiellement par l’intérieur afin de ne pas créer trop de défauts de carène à l’extérieur.

La première partie de la réparation consisterait donc après préparation des surfaces, (ponçage, nettoyage, acétonnage) à mettre de la matière par l'intérieur (3mm?) de manière à pouvoir poncer par l’extérieur le reste d'élément délaminé sans faire un gros trou qui nécessiterait un contremoule.
Ce pourrait être fait sous forme d'un joint congé de grand diamètre en colle ou choucroute recouvert de fibre + résine assurant la solidité (la choucroute ne servant alors que d'âme) soit directement à l'aide de fibre + résine mais dans ce cas il faudra pas mal de couche, et appliquer la fibre dans le fond du rayon ce qui risque d'être plus difficile.
Les couches de fibres seraient appliquées en largeur croissante de manière coller de plus en plus large sur la coque existante et à avoir une raideur décroissante.

Ensuite par l'extérieur, préparation des surfaces: purge de ce qui reste de délaminé sans taper dans les nouvelles strates structurantes, ponçage, nettoyage, acétonnage, stratification en largeur croissante avec les mêmes produits qu'a l'intérieur mais peut être moins de couche ou plus fine pour ne pas déformer la carène...(elle est belle :| )

Enfin, finition étanche résistante aux uv et aux chocs.

Concernant la méthodologie, il me reste des choix à faire mais je ne dois pas être trop loin. Mes questions sont les suivantes:

Concernant le débullage, j'imagine que l'on peut débuller des petites surfaces (bandes de 15 à 25 cm) de large simplement au pinceau. Me trompe-je? Étant donné la forme et l'accessibilité de ma réparation, je pense que cela va être difficile de passer un rouleau débulleur. Si il le faut, il me faudra fabriquer un outil ou faire un trou dans le capot.

Pour la finition, mon bateau a déjà des traces de mastic sous la coque. Je ne sais pas ce que c'est ni si il est étanche mais ce n'est pas du gel coat. Il faudrait donc que les produits de finition de ma réparation puissent également servir pour finir ces traces de réparation. Quel produit de finition utiliser? mastic simplement, mastic + peinture PU, mastic + top coat (l'aspect esthétique m'importe peu: plus c'est moche moins c'est volé :mrgreen: ). J'aimerai que ces produites de finition me permettent également de reprendre mon gel-coat là ou il est trop faiencé.

Pour la réparation, j'hésite toujours entre la résine époxy et polyester?
Mon bateau a déjà été réparé et il n'est pas impossible qu'il reste des éléments des anciennes réparations si je ne peux pas les différencier pour les enlever.
Le volume de matière dont j'aurais besoin ne me parait pas monstrueux (je n'ai pas encore fait le calcul car je ne sais pas l'épaisseur totale de matière que je dois retrouver).
Il me semble que le polyester n'est pas étanche sans gel-coat alors que l'époxy oui (j'envisage de laisser le bateau à l'eau pendant la saison).
Je saisi mal la difficulté de réussir de l'époxy: Il me semble que mélanger 1/3 de durcisseur dans 2/3 d'époxy est plus facile à faire que de mélanger 1.5g de durcisseur dans 100g de polyester. Il me semble aussi que l'époxy est plus liquide donc doit être plus facile à débuller. (je travaille dans un garage chauffable et relativement sec).

Enfin, a quelle épaisseur minimale de stratifié dois-je arriver? (entre 4 et 6 mm?) si cette épaisseur est faible, dois je faire directement de la stratification au tissus ou puis-je d'abord mettre de la choucroute ou de la colle? Puis je stratifier directement sur de la choucroute ou de la colle humide?

J'espère ne pas trop me tromper et être compréhensible.

Merci beaucoup de vos réponses.

Cordialement.

Avatar de l’utilisateur
isatis
Messages : 7161
Inscription : mar. 13 oct. 2009 13:22

Re: Jet Lanaverre

Message non lu par isatis » mer. 19 mars 2014 15:16

Je vous réponds sans citer votre texte qui n'est pas assez structuré pour que je m'y retrouve (c'est pas une critique) mais pour dégrossir et puis vous reposerez toutes les questions qui suivront.

Je comprends le soucis, vous ne voulez pas ôter le capot pour avoir l'espace de travail aussi vous voulez faire un "comblement" par l'intérieur pour éviter de perdre la forme. A vrai dire et sans voir, je ne sais pas si c'est la bonne solution.
Si vous voulez opéréer comme ça… d'abord oubliez la choucroute, c'est un machin qui bouche les trous sur un truc inutileet c'est tout, j'exagère à peine :lol:
Vous pouvez avec la même résine polyester faire toute votre réparation puisque le bateau est de cette fabrication et c'est un peu solide, il n'a que 45 ans votre bateau et se porte bien il me semble à part les bobos d'usage.
Donc, pour combler résine polyester + charge cellulose, ça forme une pâte à appliquer puis dans la foulée un mat de verre pré-résiné placé sur cette pâte et "débullé" au mieux au pinceau.
Réparation par l'extérieur en ponçant tout le délaminage et en suivant le mode opératoire du lien que je vous ai donné.
Vous ne déformerez ni la carène ni le bordé puisque vous aurez votre "tartinage" intérieur pour guider le ponçage. Quoi que vous fassiez il faudra mastiquer, poncer et peindre.
Pour les autres endroits abîmés, vous pouvez travailler par l'extérieur puisqu'il faut faire une réfection totale en couleur et pareil, masticage-ponçage-peinture.
Là où il y a encore du gel-coat, il faudra le poncer propre pour peindre dessus mais évitez de l'ôter complètement c'est la meilleure protection de la coque.
Pour la finition, vous avez deux choix mais la préparation est la même :
- ponçage général fin mastic où c'est nécessaire et dépoussiérage-acétone
puis
- top-coat. Le top-coat vous donnera une surface en peau d'orange pas belle, il faudra poncer et polir pour que ça soit proche de l'origine. Il faudra probalblement faire deux couches
- peinture PU bi-composant sur les œuvres mortes, époxy sur les œuvres vives.

Concernant les mastics déjà utilisés sous la coque, je ne peux pas deviner si c'est époxy ou polyester. Puisque vous revoyez l'ensemble, si l'ancien mastic tient bon vous ne touchez pas, si ça parait pas terrible vous virez pour passer à l'époxy.

Le débullage est obligatoirement avec un débulleur, le travail au pinceau est du pis-aller et du collage, pas de la stratification. Donc la méthode pinceau pour l'intérieur à l'étrave mais débullage partout ailleurs.
Je vous conseille polyester pour les réparations : moins cher, plus facile d'emploi, permet d'utiliser du mat de verre.
L'époxy doit être travaillé très précisément, il faut une balance précise au gramme, faire de petites quantités de mélange et surtout vous ne pouvez pas utiliser de mat de verre incompatible, tout devra être fait en silionne. Aucun intérêt sinon dépenser des sous et se compliquer la vie pour un voilier construit en polyester… nous ne poussons pas à la consommation, après c'est vous qui choisissez :)
Bateau à l'eau à l'année = époxy (mastic et protection)pour les œuvres vives mais possibilité de réparer les trous s'il y en a en polyester.
Le polyester est étanche mais se dégrade au contact de l'eau, des UV etc. c'est pourquoi il faut soit un top-coat, soit de l'époxy pour les œuvres vives, les œuvres mortes se contentent de peinture PU bi-composant, la seule qui soit étanche.
L'épaisseur de la réparation doit être au moins de l'échantillonnage de la coque.

Résumé de la situation, vous avez de bonnes notions de comment faire, il suffit d'affiner maintenant… et je réponds à votre mail tout de suite :)

Image
Isatis, goupil résineur...
Image

R63
Messages : 11
Inscription : lun. 17 mars 2014 23:02

Re: Jet Lanaverre

Message non lu par R63 » jeu. 20 mars 2014 15:30

Bonjour,

Merci de votre réponse.
Si j'ai bien compris:

Vous me proposez de faire une réparation en polyester essentiellement par l'extérieur.
Par l’intérieur:
mastic maison à base de résine polyester + charge celullose (puis je mettre une épaisseur de plusieurs millimètres en une fois?)
résine polyester + 1 mat par l’intérieur posé mouillé sur mouillé avec le mastic.

Par l'extérieur:
une fois polymérisé, purge de tout ce qui est délaminé (dois je également retirer le gel coat là ou ma réparation dépassera sur la coque d'origine?)
résine polyester + autant de mat qu'il faut pour retrouver l'épaisseur d'origine.

Ensuite pour la finition, de la coque et des faiençages trop importants mastic polyester (résine + celullose puisque je l'ai) + ponçage.

Enfin pour terminer:
Top coat pour la coque qui sera plus épais et plus dur que peinture epoxy, et on reste dans la famille polyester (tant pis pour l'aspect peau d'orange si j'en ai marre de poncer je poncerai l'hiver prochain)
Top coat ou peinture PU pour les reprises des œuvres vives.

Je ne connais pas l'échantillonnage de la coque, et je ne pense pas avoir d’accès pour faire une mesure valable. (mon trou est petit, et les bords seront biseautés... Pouvez vous me dire quel est l’échantillonnage "normal" de ce type de dériveur? (j'imagine 2 à 3mm).
Quelle épaisseur de polyester+mat puis je stratifier en une fois?
Du mat 300g/m² est il la bonne densité pour faire la courbe de l’étrave? faut il plus léger à cause du rayon de courbure, ou plus lourd pour limiter le nombre de couche?
D'autre part, de la fibre tissé posée en diagonale ajoutant de la résistance à l'ouverture suivant l'étrave est elle nécessaire? (c'est 2 fois plus cher mais si cela évite d'y revenir. De plus incliné à 45° elle prend peut être mieux les courbes que le mat).

Merci encore de vos conseils.

Cordialement.

Avatar de l’utilisateur
isatis
Messages : 7161
Inscription : mar. 13 oct. 2009 13:22

Re: Jet Lanaverre

Message non lu par isatis » jeu. 20 mars 2014 19:52

R63 a écrit :

Vous me proposez de faire une réparation en polyester essentiellement par l'extérieur.
Oui
R63 a écrit : Par l’intérieur:
mastic maison à base de résine polyester + charge celullose (puis je mettre une épaisseur de plusieurs millimètres en une fois?)
résine polyester + 1 mat par l’intérieur posé mouillé sur mouillé avec le mastic.
Oui. L'épaisseur à appliquer de la résine chargée peut atteindre 4-5 mm, si c'est insuffisant, faites en deux fois pour éviter des risques d'échauffement et d'éventuelles déformations… à vrai dire j'y crois pas trop, on fabriquait costaud en ce temps-là mais dans le doute je préfère quand même vous le préconiser.
R63 a écrit : Par l'extérieur:
une fois polymérisé, purge de tout ce qui est délaminé (dois je également retirer le gel coat là ou ma réparation dépassera sur la coque d'origine?)
Oui, tout ce qui est malsain ainsi que le gel-coat là où vous stratifierez.
R63 a écrit : résine polyester + autant de mat qu'il faut pour retrouver l'épaisseur d'origine.
Oui
R63 a écrit : Ensuite pour la finition, de la coque et des faiençages trop importants mastic polyester (résine + celullose puisque je l'ai) + ponçage.
Oh non :!: vous ne vous en sortirez pas, la résine chargée en cellulose est un mélange pour faire de la masse et c'est quasi impossible à poncer ; de plus l'adhésion à la coque ne sera pas top, il faut utiliser un vrai mastic tout fait. Ce sont des frais supplémentaires mais franchement un mélange maison, c'est vraiment pas recommandé et choisir de l'époxy pour les œuvres vives.
R63 a écrit : Enfin pour terminer:
Top coat pour la coque qui sera plus épais et plus dur que peinture epoxy, et on reste dans la famille polyester (tant pis pour l'aspect peau d'orange si j'en ai marre de poncer je poncerai l'hiver prochain)
Top coat ou peinture PU pour les reprises des œuvres vives.
Pourquoi plus dur qu'une époxy ? Plus épais sûrement puisque vous devrez en appliquer 450-500 gr/m2. Il faut faire vos calculs, époxy sous l'eau et peinture PU sur les bordés, ça serait plus rapide et plus joli. Après c'est vous choisissez :)
R63 a écrit : Je ne connais pas l'échantillonnage de la coque, et je ne pense pas avoir d’accès pour faire une mesure valable. (mon trou est petit, et les bords seront biseautés... Pouvez vous me dire quel est l’échantillonnage "normal" de ce type de dériveur? (j'imagine 2 à 3mm).
Quelle épaisseur de polyester+mat puis je stratifier en une fois?
Du mat 300g/m² est il la bonne densité pour faire la courbe de l’étrave? faut il plus léger à cause du rayon de courbure, ou plus lourd pour limiter le nombre de couche?
D'autre part, de la fibre tissé posée en diagonale ajoutant de la résistance à l'ouverture suivant l'étrave est elle nécessaire? (c'est 2 fois plus cher mais si cela évite d'y revenir. De plus incliné à 45° elle prend peut être mieux les courbes que le mat).
Non, je ne sais pas comment étaient construits ces voiliers et comme je n'en ai jamais réparé… faut inventer :P Vous pouvez bien sûr mettre du roving et d'ailleurs je me pose la question : il me semble que mat-roving-mat-roving-mat le tout en 300gr/m2 devraient suffire, ça fait quand même 1,5 kg de verre au m2. le roving est un tissé à angle droit donc vous le posez comme vous voulez, pas obligé de se compliquer avec des poses en diagonale.
Vous ne devriez pas avoir de soucis pour épouser la forme puisque ça a déjà été fait à la fabrication. Le mat est fait de multiples fils de verre coupés aussi vous le déchirez à la main pour le poser, vous pouvez donc travailler par petits bouts en prenant soin de placer une déchirure par dessus l'autre. Pour le roving, il faut couper ce dont vous avez besoin et voir si ça s'applique bien ; en cas de plis vous donnez un coup de ciseaux au milieu pour faire une pince comme quand on fait de la couture tout simplement.
Bien préparer le chantier en posant à côté les tissus prêts à être posés avant de commencer les mélanges de résine vous permettra d'aller vite et propre, vous devez pouvoir tout faire dans la foulée mais si vous préférez faire en deux fois il faut veiller à protéger de la poussière votre travail en cours. Si vous y revenez plus de trois jours après il faudra poncer sinon un simple coup d'acétone suffira pour la reprise des couches.

Attendez qu'on collègue passe par ici pour donner son avis sur l'échantillonnage des tissus.

Image
Isatis, goupil résineur...
Image

R63
Messages : 11
Inscription : lun. 17 mars 2014 23:02

Re: Jet Lanaverre

Message non lu par R63 » ven. 21 mars 2014 10:19

Bonjour,

Merci de votre réponse.
D'accord pour le mode opératoire.
La stratification Mat roving mat roving mat ferait a peu près 2.4mm?
Finition au mastic epoxy donc.
Puis peinture epoxy pour les oeuvres vives.
(Puisque c'est de la peinture et que cela doit tirer tout seul, je pense que je vais repeindre toute la coque 8-) )

Pour le faiençage profond de mon gel coat, puis-je utiliser le même mastic epoxy? (Est ce que je ne risque pas de problème si l'époxy est plus rigide que le polyester?) Ou alors mastic polyester?
Puis peinture PU.

Nikel.

Je vais faire mes calculs de volumes quand j'aurais deux minutes pour passer commande.
J'espère avoir confirmation de l’échantillonnage.

Merci encore.

Cordialement.

Avatar de l’utilisateur
isatis
Messages : 7161
Inscription : mar. 13 oct. 2009 13:22

Re: Jet Lanaverre

Message non lu par isatis » ven. 21 mars 2014 12:22

R63 a écrit :
La stratification Mat roving mat roving mat ferait a peu près 2.4mm?
Finition au mastic epoxy donc.
Oui
R63 a écrit : Puis peinture epoxy pour les oeuvres vives.
(Puisque c'est de la peinture et que cela doit tirer tout seul, je pense que je vais repeindre toute la coque 8-) )
Oui……… et non ! époxy pour les œuvres vives, peinture PU pour le reste… pour clarifier votre "toute la coque"
R63 a écrit : Pour le faiençage profond de mon gel coat, puis-je utiliser le même mastic epoxy? (Est ce que je ne risque pas de problème si l'époxy est plus rigide que le polyester?) Ou alors mastic polyester?
Vous pouvez faire polyester hors d'eau et époxy dessous mais il faut voir à faire vos calculs. L'époxy convient pour toute la coque aussi un seul produit pourrait suffire pour éviter d'acheter plusieurs qualités et qu'il vous en reste, ça se conserve mal une boîte de mastic ouverte.

R63 a écrit : J'espère avoir confirmation de l’échantillonnage.


Vous l'aurez sans doute dans la journée.

Image
Isatis, goupil résineur...
Image

Avatar de l’utilisateur
Hippomouleur
Messages : 2980
Inscription : lun. 19 oct. 2009 11:36

Re: Jet Lanaverre

Message non lu par Hippomouleur » ven. 21 mars 2014 12:33

R63 a écrit : La stratification Mat roving mat roving mat ferait a peu près 2.4mm?
Un peu moins si vous êtes en 300 g/m² vous serez plutôt à 1,8/2 mm.
R63 a écrit : Finition au mastic epoxy donc.
Sous l'eau, oui.
R63 a écrit : Puis peinture epoxy pour les oeuvres vives.
(Puisque c'est de la peinture et que cela doit tirer tout seul, je pense que je vais repeindre toute la coque
Par contre, sur la boutique vous n'en trouverez pas autrement que noire !

Demandez un devis pour de la blanche éventuellement.

N'oubliez pas que les époxydes ont tendance à jaunir dans le temps... donc c'est parfait sous la flottaison, mais au dessus...
Sur les bateaux acier, lorsque l'on peint à l'époxy, on vernit au polyuréthane marine par dessus pour protéger des UV.
R63 a écrit : Pour le faiençage profond de mon gel coat, puis-je utiliser le même mastic epoxy? (Est ce que je ne risque pas de problème si l'époxy est plus rigide que le polyester?) Ou alors mastic polyester?
Vous pouvez l'utiliser sans risques. le seul inconvénient des mastics époxys, c'est qu'ils mettent longtemps à polymériser et qu'ils sont chers, contrairement au mastics polyesters.
R63 a écrit : J'espère avoir confirmation de l’échantillonnage.
Sans avoir vu le chantier, difficile d'être affirmatif car vous évoquez un délaminage, donc toute une partie du composites à refaire.
mais oui, l’échantillonnage d'isatis semble convenir, ce sera déjà bien costaud avec 1,5 kg de verre pour une réparation.

R63
Messages : 11
Inscription : lun. 17 mars 2014 23:02

Re: Jet Lanaverre

Message non lu par R63 » ven. 21 mars 2014 13:15

Bonjour Hippo,

Merci pour la confirmation de l'échantillonage.
J'ai encore des questions pour la liste des courses: :|
Pour la résine polyester, je prends de la résine standard (par litre ou 5kg) ou isophtalique (par 5kg)?
Pour la charge, microfibre de cellulose boite de 5l?
Pour le mastic, mastic epoxy de finition auto lissant, kit de 1 kg? ça fait quel volume?

Pour le revêtement des œuvres vives, je ne comprends plus: à la résine epoxy ou à la peinture epoxy.

Si revêtement à la résine époxy? C'est la 740S ?
Elle existe opaque blanche?
Elle se passe au pistolet ou au pinceau?
Elle tire? la finition est belle sans ponçage polissage lustrage?
(J'ai peut être loupé une page sur le site ou un tuto video?) :oops:

Si revêtement à la peinture epoxy il faut trouver de la blanche (faire un devis), et s'attendre à ce quelle jaunisse (pas grave) ou refaire une couche de peinture PU dessus pour la protéger des uv?

Merci encore: on va y arriver... :lol:

Cdt.

Répondre